Le saz de Kantarma

Turquie, Anatolie…

Certains villages, sans mosquée, se sont vidés de leur habitants…

Dans un petit village kurde et alevi, le microphone prend le témoignage des derniers « dede », les « sages » dans la philosophie alévie, dont la fonction était de conduire le rituel et de gérer la justice au sein de la communauté. L’alévisme, pratique soufie populaire, place dieu au centre de l’Homme, et l’Homme dans une quête de vie, coupante comme le fil d’un rasoir. Depuis des siècles, sa poésie se transmet par les bouches initiées armées d’un instrument de musique, le saz.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s